ASED travaille en partenariat avec des associations partenaires en Albanie, au Bénin, au Burkina-Faso, en Inde, à Madagascar et au Mozambique. Chaque programme est adapté au contexte. En voici les grandes lignes :

En Albanie, le programme vise à améliorer l’accès à une prise en charge spécialisée pour les enfants et jeunes en situation de handicap. ASED met en place des centres d’accueil de jour et forme le personnel des services sociaux et des services de l’éducation. ASED développe des programmes pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle de jeunes adultes en situation de handicap.


Au Bénin, les problèmes de la qualité de l’enseignement et le sureffectif dans les classes, rendent le système scolaire peu efficace, en particulier au niveau secondaire, où les jeunes acquièrent les principales connaissances qui leur seront nécessaires pour la vie professionnelle. ASED travaille dans le nord du pays pour créer un service d’enseignement de qualité accessible à tous.


Le Burkina-Faso est confronté à des défis environnementaux susceptibles de compromettre la sécurité alimentaire: désertification, sécheresse, dégradation des sols. ASED cherche à promouvoir la diffusion de connaissances auprès des jeunes pour favoriser une agriculture vivrière durable. Les grossesses précoces son désirées concernent près d’un tiers des filles de 15 à 19 ans. Elles compromettent souvent l’avenir social et professionnel des jeunes filles. ASED vient en aide aux filles mères et à leurs enfants dans la région de Banfora.


En Inde de nombreux établissements associatifs proposent des formations pour répondre aux besoins des enfants et des jeunes marginalisées et/ou déscolarisés. Grâce à la relative aisance économique du pays ces associations arrivent à faire fonctionner leurs établissements sur des ressources locales, mais elles manquent de capacités d’investissement pour développer leurs infrastructures scolaires et les mettre aux normes. ASED mène des projets de développement d’infrastructures, en privilégiant des établissements offrant une approche innovante de l’éducation.


A Madagascar, le pays est affecté par une grave crise économique, sociale et politique. Une partie de la jeunesse se trouve en marge du système scolaire et risque de sombrer dans la grande misère, avec les maux qui lui sont associés : délinquance, prostitution, maladies, etc. ASED soutient des “formations de la deuxième chance” qui visent à leur donner des connaissances de base pour mieux comprendre leur environnement et s’insérer dans une activité professionnelle. Par ailleurs, la population est jeune et en plein essor, les salles de classes sont en nombre insuffisants et souvent en très piteux état, ASED rénove ou construit des classes et contribue par des investissements à améliorer l’autonomie des structures actives dans le domaine de l’éducation.


Au Sénégal, de grandes avancées ont été faites en matière d’accès à l’éducation dans le pays ces dernières années. Malgré celles-ci des défis persistent. Le projet pour la réhabilitation de l’école préscolaire Jamono Cheikh Wade a maintenant commencé. Suite à la pandémie qui touche aujourd’hui également l’Afrique de l’ouest, l’école est fermée. Notre partenaire, GIE Mossane Services, a cependant souhaité aller de l’avant pour que de meilleures conditions d’accueil puissent être en place au retour des enfants.


Rétrospective des zones géographiques où nous avons menées des actions ces 10 dernières années : Le Mozambique, qui après de nombreuses années de guerre civile et d’instabilité politique, se reconstruit. Les investissements étrangers sont nombreux, mais la main d’œuvre qualifiée reste rare. ASED a participé à mettre en place des services d’enseignement professionnels de qualité dans des domaines tels que l’agriculture, la menuiserie, la maçonnerie et la serrurerie.


Comment choisissons-nous ces projets?

Choisir est beaucoup plus délicat qu’on ne le pense. Nous ciblons les régions les plus pauvres, les activités en lien avec l’éducation des enfants et adolescents, et les services de base qui y sont associées comme la santé, l’électricité ou l’eau.  Nous avons développé un réseau de professionnels qui nous permet de rencontrer puis choisir les ONG les plus efficaces et pertinentes par rapport à notre domaine d’action. Nous étudions leur modèle d’intervention et suivons la mise en oeuvre des projets avec attention.

Nous faisons le choix de travailler avec des organisations moins grandes, mais plus focalisées, qui s’attachent à mesurer leur impact social. Nous mettons en place avec nos partenaires terrains des indicateurs pour partager avec vous des résultats concrets.