Une bonne santé physique et affective pour apprendre mieux

Les enfants doivent être en bonne santé physique et affective pour apprendre. Pourtant, dans les pays en développement, les enfants les plus vulnérables sont davantage touchés par les  maladies infectieuses. Ces maladies fréquentes sont une cause d’absentéisme scolaire. Elles réduisent la capacité de l’enfant à se concentrer et à participer en classe, affaiblissant ainsi son niveau global d’apprentissage.

 

Selon l’organisation Mondiale de la Santé dans le 1er article de sa constitution de 1946, « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité ».

 

Cette définition prend en compte le contexte environnemental, social, psychique et physique, dans lequel évoluent les plus jeunes, autour de la promotion, de l’éducation et de la prévention de l’accès à la santé.

 

De nombreuses études ont démontré les liens étroits entre l’éducation et la santé : les carences alimentaires, les infections et les maladies, ont de lourdes conséquences sur la participation et l’apprentissage de l’enfant à l’école. De même, les grossesses non désirées ou précoces nuisent à la participation des élèves et des enseignants à l’éducation et interfèrent sur les processus d’apprentissage.

 

 

Clarita Martinet Fay, Directrice ASED : « Si nous devons tenir notre engagement pour l’accès à une éducation de qualité pour tous les enfants et adolescents, alors améliorer leur santé par des interventions simples, doit faire partie intégrante de chaque programme ASED. »

 

Dans chaque programme soutenu par ASED, nous œuvrons à offrir une éducation holistique où la santé est un des éléments clés.

 

 

Burkina Faso –

Les grossesses précoces sont l’un des obstacles des plus importants à la poursuite des études des adolescentes et jeunes femmes et la prévention est une priorité pour l’état burkinabè.

Notre partenaire Cherenfant, en collaboration avec les autorités locales de santé, a mené des campagnes de sensibilisation pour la prévention des grossesses précoces dans les écoles et communautés dans la région des Cascades. Ces activités ont suscité un grand intérêt de la part des communautés, des jeunes ainsi que de leurs parents et une fréquentation accrue des Centre de Santé et de Promotion Sociale.

 

La Saisonnière forme des jeunes déscolarisés entre 16 et 18 ans à l’agro-écologie, l’horticulture biologique et au micro-jardinage sur table en zone urbaine à Ouagadougou. Cette formation permet aux jeunes et à leur famille de faire pousser des aliments sains et variés et d’avoir une alimentation équilibrée.

 

Bénin –

Notre partenaire la Fondation Vie pour Tous travaille dans les domaines de l’éducation et de la santé. Des centres de santé sont installés près des écoles pour que les enfants et adolescents, notamment ceux vivant à l’internat de Kandi, puissent avoir accès à des soins, leur permettant ainsi de mieux étudier.

 

 

L’éducation en matière de santé est un outil important pour l’autonomisation des jeunes – femmes principalement – et des communautés qui permet d’améliorer leur santé et d’assurer le développement durable.

 

Santé et éducation sont donc étroitement liées et constituent ensemble le socle sur lequel s’appuie une dynamique de la réussite : l’éducation contribue au maintien de la santé et la santé procure les conditions nécessaires aux apprentissages.

 

 

 

Crédits photos ASED