Portrait de Flavio da Silveira

Il parle de son engagement à l’ASED avec simplicité et conviction.

Gérant de fortune à Genève, après avoir obtenu son doctorat en mathématique à l’UNIGE, en 1979, Flavio da Silveira est un ami de longue date de Jean-Luc et Maryam Nicollier, fondateurs d’ASED.

En 2008, la crise financière frappe de plein fouet le monde associatif dépendant des dons publics et privés pour financer des projets humanitaires, aux quatre coins du monde.

Faisant face au danger qui menace son association, Jean-Luc Nicollier fait alors appel à ses amis pour assurer la pérennité d’ASED. A Flavio da Silveira, qui a répondu présent à son ami, il propose de rejoindre le comité: « ce que j’ai accepté avec joie ».

Nommé trésorier d’ASED en 2010, Flavio da Silveira s’est attelé à la tâche : « Malgré le bon travail réalisé dans le passé, beaucoup pouvait être fait pour améliorer le suivi financier des projets et la maîtrise de la comptabilité ». Une de ses priorités a été de préserver le statut d’organisation d’intérêt public de l’Association ainsi que le label de la fondation Zewo.

De son expérience qu’il qualifie de « grand bonheur », Flavio da Silveira retient la parfaite synergie qu’il a établie avec les membres du comité et la directrice d’ASED, Clarita Martinet Fay. Cette collaboration a permis de mettre en place des procédures pour mieux accompagner le développement de multiples projets et « une routine comptable encore plus claire, transparente et efficiente ».

Bien que dans la phase finale de son activité professionnelle, Flavio da Silveira a contribué positivement à la recherche de fonds grâce à quelques-unes de ses relations, qui ont fait preuve d’une remarquable générosité : « Je leur suis infiniment reconnaissant ».

Il tire une belle satisfaction de l’action qui s’accomplit sur le terrain au quotidien : « ASED apporte une réelle main tendue à bon nombre d’enfants et d’adolescents, pour leur donner l’opportunité d’avoir quelque peu la maîtrise de leur destinée ».

Le bilan des trente ans d’existence de l’Association genevoise, il le résume en quelques mots : « ASED a contribué à l’éducation, à la formation et au développement de quelques dizaines de milliers d’enfants et de jeunes. C’est formidable ! Ceux qui diraient que c’est une goutte dans l’océan ne pensent pas à chacun de ces individus ». A.H.